>> 2 Janvier 2004Un voyage au long cours à travers l'Afrique, l'Australie et l'Océanie << 31 Janvier 2005
 

::-:: KapSud.net ::-::

[Nous Contacter] [Administration] [Club KapSud] [Voyage] [Pays] [Pratique] [Logistique] [Voiture] [Fiche pays] 0 [Se connecter]
Administration

Club KapSud

Voyage

Pays

Pratique

Logistique

Voiture

Fiche pays

Le journal de KapSud en Afrique du Sud
Auteur kapsud
Source KapSud
Publication du 16/12/2004 pour Internet
Modifi� le 28/07/16
Page Web (html) [2522] [892]
<<< Episode précédent Episode suivant >>>

Arrivé à Ceuta

 

Jeudi 22 Juillet

A la frontière, on retrouve l'Afrique moderne avec des bureaux informatisés et le passage se fait très rapidement. Par contre, on a droit à un contrôle sanitaire et ils nous suppriment notre bois empilé sur la galerie. Sur la route principale, c'est un défilé de cultures industrielles, champs de canne à sucre à perte de vue, immenses plantations d'oranges et d'avocats et enfin vaste plateau de fermes d'élevage. A chaque traversée de villages on retrouve les stigmates de notre société contemporaine de consommation : fast-food, take-aways, boutiques de téléphonie, internet, magasins en tout genre, stations services rutilantes, ... Ca faisait longtemps.

 

 

La route n'est pas très intéressante avec des paysages de campagne mornes. Nous arrivons à Middleburg, capitale agricole locale, à la nuit. Pas évident de trouver un logement car il n'y a pas grand chose pour le voyageur, c'est plutot pour les affaires et on y a aucune adresse. Finalement, la patronne d'un lodge qui était complet, nous dégotte un B&B, car elle trouve qu'il fait trop froid pour qu'on dorme sur son parking, et nous y fait conduire pour être sure qu'on ne se perde pas ! Pour fêter la fin de notre aventure africaine, on s'offre un repas au resto. En effet, nous ne visiterons pas l'Afrique du Sud, car nous n'avons pas le temps nécessaire pour cela. Nous préférons découvrir l'Australie que nous ne connaissons pas encore, ayant déjà eu la chance d'explorer un peu la région de Capetown et du Kruger Park lors de vacances antérieures.

 

Vendredi 23 Juillet

Nous partons tôt car nous voulons être à l'ambassade d'Australie à Prétoria avant la fin de la matinée. Comme on arrive du bon côté de la capitale, on trouve l'ambassade rapidement. Beaucoup de monde attend déjà et après avoir fait la queue un petit moment, on récupère pleins de formulaires à remplir, et une liste d'examens médicaux à réaliser par des docteurs agréés. Tout ça parce qu'on veut rester plus de trois mois ! Mais bon, ils nous promettent les résultats pour lundi après midi.

Après avoir passé le reste de l'après-midi dans l'énorme centre commercial du coin, on part à la recherche de notre logement, un camping pas trop loin du centre ville. Quand on y débarque on est les seuls touristes et on se demande où on a atterri. Tous les occupants, blancs, sont des marginaux ou des familles en situation précaire. Comme d'habitude, malgré le froid, on s'apprête à passer notre soirée dehors autour du feu du barbecue, nous sommes les seuls dehors.

 

Samedi 24 et Dimanche 25 Juillet

Nous n'avons pas l'intention de passer le week-end ici, alors on va se promener dans les environs d'un lac, un dam comme ils appellent ici. En premier, comme on n'est pas allé au parc Kruger, on va visiter une ferme reconvertie dans la reproduction de guépards et de lycaons, les espèces de prédateurs les plus menacées d'Afrique. En fait, ce sont des fermiers depuis plusieurs générations, amoureux de la faune depuis toujours. Petit à petit, leur passion les a amenés à s'occuper de guépards blessés puis souhaitant mettre à contribution leur connaissance de l'élevage des animaux ils ont tenté de faire se reproduire ces fauves. Leur réussite a pris du temps mais leur succès est maintenant reconnu. La visite est très commerciale dans le style, mais les explications données sont extrêmement intéressantes et montrent la complexité et l'étendue du problème de la protection et de la réintroduction des espèces menacées. Nous pouvons admirer des guépards dont les splendides spécimens King Cheetah, résultat d'une mutation génétique qui existe dans la nature, des meutes de lycaons, plusieurs sortes de vautours et rapaces.

 

 

Nous explorons ensuite les abords du lac, lieu de villégiature très appréciés des citadins même des plus huppés. On a du mal à y trouver un camping et on se réconforte du froid en savourant notre délicieuse langouste du Mozambique grillée au feu de bois. Le lendemain, on lézarde sur les berges puis on revient à Prétoria. Sur les bords de la route, les fameux townships s'étalent, des carrés avec des baraques de tôle en enfilade pour les plus pauvres. Plus les gens sont "riches" plus les baraques sont grandes, sont construites en dur avec parfois un petit jardin à côté. 

 

Lundi 26 au Mercredi 28 Juillet

Dès l'ouverture de l'ambassade d'Australie, nous sommes fin prêts pour connaitre la suite des opérations. L'officier qui nous reçoit est satisfait des documents qu'on lui fournit et il nous annonce qu'il ne reste plus qu'à attendre les résultats médicaux. On est très content car on s'attendait à plus long et plus compliqué. Il n'y a pas grand chose à faire dans la ville et de toute façon, elle ne donne pas particulièrement envie. Alors on va tuer le temps au centre commercial, où on peut évoluer en toute tranquillité.

Le soir, comme d'habitude David prépare le feu quand on est rejoint par trois noirs complètement ivres qui ont décidé qu'ils nous tailleraient la bavette un petit moment. A force de parler, on comprend que c'est le gardien chargé de l'entretien du camping avec son fils et un ami, aussi fins bourrés l'un que l'autre. Très motivés, ils nous ont mis les discours de Mandela en boucle sur le magnétophone qui hurle depuis les sanitaires. Ils ont décrétés qu'ils nous apprendraient des rudiments de zoulou et on doit leur rappeler régulièrement que, non, nous ne sommes pas des boers. Malgré les discours avinés (ou plutôt abierrés) et les élucubrations, quelques parcelles de paroles lucides émergent. On sent bien que le clivage blanc-noir est toujours très ancré et que la rancoeur est là. Quelle chance pour ce pays d'avoir eu un homme comme Nelson Mandela pour négocier cette transition post apartheid si délicate, mais le chantier est encore énorme et l'équilibre extrêmement fragile. Nous arrivons à nous "débarrasser" de nos invités au bout de quelques heures, nous sommes maintenant amis pour la vie ! Nous finissons au lit sans manger.

Nous passons nos journées dans l'attente du coup de fil de l'ambassade mais en vain. Nous préparons la voiture pour son voyage en bateau et surtout il faut la nettoyer nickel, les autorités australiennes étant très pointilleuses sur ce sujet. La tâche ne sera pas facile car la poussière que nous avons accumulée pendant tout notre périple s'est incrustée dans les endroits les plus inimaginables. Pour l'instant, on se contente d'essayer de laver l'extérieur de fond en comble. 

Nous avons de nouveau écopé du gardien du camping pour une soirée de plus. Cette fois-ci il était seul mais son état était bien trois fois pire que la veille. En plus de l'alcool, il a abusé d'autres substances pas catholiques et il a régulièrement des hallucinations. Autant dire que la soirée est charmante ! Du coup, le soir suivant, on n'a pas envie de repasser la nuit dans cet endroit sordide donc on craque et on va dans une guesthouse. Elle est entourée d'une double barrière de fil barbelé avec portes extérieures et intérieures fermées à clef : atmosphère pas vraiment relaxante mais au moins, on est au chaud.

 

Jeudi 29 Juillet

Nous partons à l'ambassade fermement décidés à savoir où en sont nos visas. Le service étant ouvert que 3 heures dans la matinée, il faut faire court. Et là commence une partie de ping-pong hallucinante entre l'ambassade et le cabinet médical. Les premiers nous disent qu'ils n'ont aucun résultat et les seconds expliquent qu'ils ont envoyé tout ça par coursier lundi dernier. On est confronté à un mur de part et d'autre, chacun disant que c'est la faute à l'autre car ils travaillent mal ! Heureusement, ils sont proches géographiquement l'un de l'autre et après 3 allers-retours enchainés et une montée de nerfs on obtient nos visas sans savoir vraiment ce qu'il s'est passé mais peu importe, le résultat est là.

Nous nous engouffrons sur l'autoroute, espérant être à Durban ce soir, retrouver nos amis voyageurs rencontrés en Angola,  Krissy et Slade, maintenant installés sur la côte. Mais nous n'en sommes pas encore là, il y a beaucoup de traffic sur Johannesburg. Sur l'autoroute, à plusieurs reprises au niveau des bretelles de sortie, on voit de grands panneaux de signalisation avec un énorme point rouge au milieu avec une indication : Attention, risque élevé de hi-jacking, c'est à dire de braquage de véhicule à main armée. Cela confirme la réputation de violence et de criminalité du pays, surtout dans cette région du Gauteng, aux alentours de Prétoria et Johannesburg, la plus riche du pays. 

 

 

Nous apercevons au loin les montagnes enneigées du massif de Drakensberg qui se dresse comme un rempart. Au bout de 8 heures de route, nous arrivons enfin chez nos amis qui d'entrée nous font apprécier l'hospitalité sud-africaine en passant la soirée chez la mère de Slade.

 

Vendredi 30 Juillet - Mardi 3 Août

Nous passons les journées qui suivent à préparer la voiture pour son transfert vers l'Australie et nos affaires pour la grande lessive. Plusieurs lavages chassis, moteur et carrosserie à haute pression sont nécessaires et on n'oublie pas l'intérieur en déchargeant toutes les affaires pour nettoyer dedans du mieux que l'on peut. On a du mal à croire qu'on va pouvoir tout remettre dedans !

 

On trouve aussi de bons moments à savourer avec nos amis qui nous font découvrir les environs couverts de champ de canne à sucre, de superbes endroits sur la côte et les traditions populaires comme la pêche à la sardine. Et toujours l'extraordinaire accueil chaleureux et sympathique de toute la famille de Slade et de ses amis chez qui nous avons passés de nombreuses soirées, barbecue parties et potjie parties. Slade, qui a de redoutables talents de cuisiniers, a fait mijoté pendant plus de 5 heures un cuissot d'impala qu'il a lui même chassé à l'arc dans le nord du pays. Un délice dans la plus pure tradition sud-africaine. 

Le père de Slade qui a longtemps vécu en Zambie, nous fait partager son expérience de l'Afrique. Passionnant de l'entendre parler de cette époque et du South Luangwa National Park quand c'était une réserve de chasse avec la chasse au lion ou à l'éléphant. On se croirait dans Out of Africa ou Grand chasseur blanc, mais je préfère tellement l'époque actuelle de réserve naturelle de faune sauvage !

 

Mercredi 4 Août

C'est le grand jour. Nous nous rendons au terminal du port de Durban pour empaqueter Totoy dans un container. On a du mal à croise qu'il va rentrer dans cette caisse. Après différentes opérations, un agent ferme et pose les scellés. Nos gorges sont nouées et je suis limite larme à l'oeil. C'est tellement émouvant pour nous et tellement dur d'enfermer notre Totoy dans cette boite noire pour plusieurs semaines. C'est notre voiture et notre maison mais bien plus que cela encore, le compagnon de tous les instants de notre aventure sur qui on a toujours pu compter même dans les moments les plus difficiles.

 

 

Heureusement nous n'avons pas le temps de trainer ni de nous attendrir car nous devons prendre l'avion pour Perth, sur la côte ouest de l'Australie. En plus, nos amis Slade et Krissy nous y accompagnent, rendant le moment plus léger sur l'instant mais tout aussi difficile ensuite car nous devons eux aussi les quitter ! 

C'est maintenant un nouveau voyage qui commence. Nous n'en revenons toujours pas d'avoir atteint notre objectif. Cela paraissait si lointain il y a peu de temps, presque utopique. Et maintenant nous embarquons pour l'Australie qui on l'espère sera, elle aussi, une belle terre d'Aventure ! 

 

 


::-:: Si vous voulez plus de photos ou plus de détails sur notre périple, n'oubliez pas de vous inscrire au Club KapSud, c'est gratuit !

Vous ne l'avez pas encore fait, alors cliquez ici , ou choisissez en savoir plus ::-::



::-:: Et aussi les rubriques liées ::-::

News
Afrique du Sud
Références
[Nous Contacter] [Administration] [Club KapSud] [Voyage] [Pays] [Pratique] [Logistique] [Voiture] [Fiche pays] 0 [Se connecter]
 

::-:: KapSud.net ::-::

>> 2 Janvier 2004Un voyage au long cours à travers l'Afrique, l'Australie et l'Océanie << 31 Janvier 2005